logo anateepSécurité et qualité
du transport de jeunes
logo vivre ensemble marianne webLogo Ministere Education Nationale web

Membres partenaires

logo ubitransportLogo Maiflogo Iveco Bus

Communiqué ANATEEP du 23 mai 2019

Par un arrêt du 23 mai 2019, le tribunal administratif de Poitiers condamne la communauté d’agglomération Rochefort Océan (CARO) pour recours abusif à «des lignes à vocation scolaire», où les enfants sont transportés debout, sur des routes rurales ou périurbaines et à une vitesse de 70 km/h. Le Président de la CARO «a deux mois pour modifier sa délégation de service public (DSP) concernant sa ligne I», incriminée par le plaignant, un parent de collégiens. Le Président de l’exécutif intercommunal «doit mettre en service des autocars qui seuls permettent le transport assis des enfants», avec des passagers bien attachés.

Communiqué du 19 mai 2019

Lors de son Assemblée générale annuelle de Saint-Paul-lès-Dax (Landes/Nouvelle-Aquitaine), qui s’est tenue les 18 et 19 mai 2019, l’ANATEEP* a adopté à l’unanimité une Résolution sur la gratuité du transport scolaire. Dès sa création en 1964, la gratuité du transport scolaire a été l’un des trois objectifs fondateurs de l’association. Elle le demeure : en agglomération comme en zone rurale, l'ANATEEP demande que les autorités organisatrices, tout en optimisant la qualité du service, assurent la gratuité d'un aller-retour quotidien pour tout élève, de la maternelle au lycée, ou d'un (voire deux) aller-retour hebdomadaire pour les internes. Pour l'ANATEEP, une contribution citoyenne de responsabilisation correspondant au maximum à 5% du coût total annuel du transport d'un élève est acceptable.

Communiqué ANATEEP du 14 décembre 2018

En ce moment de recueillement national, un an exactement après la tragédie de Millas (Pyrénées-Orientales) qui a coûté la vie de six jeunes collégiens dans la collision de leur autocar avec un TER, l’ANATEEP* s’associe à la douleur des familles et des proches.

Le temps n’est pas encore venu de tirer toutes les conclusions des enquêtes judiciaire et administrative diligentées juste après l’accident. Sans doute pourra-t-on poursuivre le patient travail d’amélioration des infrastructures ferroviaires engagé depuis le drame d’Allinges en juin 2008, sans doute pourra-t-on investir dans de nouvelles améliorations techniques et/ou technologiques (communication automatique entre train et véhicules tiers,…). Néanmoins, il faut bien se convaincre que rien ne garantira une sécurité absolue des enfants transportés sans la mobilisation de tous les partenaires du transport scolaire. Toujours. Partout.